Catégorie dans Conseils Travaux

comment purger un radiateur Thermor en fonte

comment purger un radiateur Thermor en fonte

Parce qu’il est indispensable d’entretenir régulièrement son radiateur Thermor en fonte pour le garder en bon état, la purge de l’appareil est impérative. Même si la marque Thermor est reconnue pour la qualité des appareils qu’elle produit, un entretien régulier est toujours recommandé. Donc, si vous avez besoin d’un coup de main pour vous aider à purger correctement votre radiateur en fonte, nous sommes là pour vous fournir quelques idées. Sachez que cette opération doit se faire au moins une fois par an. Donc, à vos radiateurs.

Comment et pourquoi purger un radiateur Thermor en fonte ?

Comme nous venons de le mentionner, la purger est indispensable pour permettre à l’appareil de fonctionner correctement pour qu’il puisse vous accompagner durant plusieurs années. De ce fait, c’est une obligation si vous souhaitez que votre appareil soit à la hauteur de vos attentes. Aussi, si vous remarquez qu’un dysfonctionnement se présente au niveau de votre radiateur, vous pouvez procéder à une purge. Par exemple, si vous observez que la chaudière est en marche, mais que le radiateur ne fournit pas de chaleur, c’est le temps de vous y mettre. La purge au niveau de votre radiateur permet également d’offrir une meilleure performance à la chaudière.

Il existe deux types de radiateurs en fonte : le premier est celui qui est doté d’un purgeur à volant et le second est celui qui est à vis de purge (donc, a besoin d’une clé pour être purgé). Il est à noter que ce premier type de radiateur est généralement utilisé dans les espaces privés tandis que le deuxième est employé dans les lieux publics.

Pour purger votre radiateur en fonte Thermor, vous aurez donc besoin d’une clé de purge (si nécessaire), d’un seau, d’un chiffon et d’un gant de protection. Voici comment procéder.

Les étapes de la purge

En premier lieu, vous devez débrancher et éteindre votre radiateur. À ce titre, la chaudière doit être mise en mode été pour éviter de vous brûler durant le déroulement de l’opération. Attendez quelques minutes pour être sûr que le radiateur est bien froid avant de poursuivre. Maintenant, enfilez vos gans et placer le seau au niveau du purgeur qui se trouve en haut du radiateur. Laissez alors l’eau qui s’évacue se verser dans le seau. Pour ouvrir la vis de purge, utilisez la clé requise et laissez l’air sortir de l’orifice du radiateur. Observez quand les bulles d’air n’apparaissent plus dans l’eau et que celui-ci s’écoule avec fluidité pour fermer le purgeur. Vérifiez que le purgeur est bien fermé avant d’établir la pression de circuit du chauffage. Vous pouvez dès à présent actionner le robinet de la chaudière pour qu’il s’ouvre. Veuillez vérifier le bon fonctionnement de votre système de chauffage après cette opération. Si vous trouvez qu’un dysfonctionnement se présente, ayez la vigilance de le rétablir. Dans le cas où vous n’y arrivez pas, il serait raisonnable de faire appel à un dépanneur. Vous pouvez demander à l’équipe de Thermor pour vous aider.

Remplir demande de permis pour carport > 40m²

Remplir demande de permis pour carport > 40m²

Certes, avoir un carport dans le jardin est à la fois avantageux et intéressant pour chaque foyer. En outre, comprenez bien que la construction d’un carpot ne doit pas se faire n’importe comment. Vous devriez même faire une demande de permis de construire si vous prévoyez de construire un modèle de plus de 40 m². Faisons le tour de ce point.

Déposer une demande de permis de construire : les démarches à suivre

D’abord, vous devez savoir que le refus de poser une demande de permis de construire pour la fabrication d’un carport supérieur à 40 m² peut vous coûter une amende. Pour cela, vous devriez vous rendre auprès de la mairie de votre ville. Profitez de votre premier passage au sein de la mairie pour consulter le PLU (Plan Local d’Urbanisme) ainsi que tous les critères que vous devriez savoir avant de commencer la construction. À noter que la règle d’urbanisme vous permettra de savoir si vous pourriez réaliser votre projet ou non. Vous saurez aussi la surface que vous pourriez exploiter. Mis à part cela, vous devriez aussi soumettre une demande d’autorisation au niveau de l’Architecte des Bâtiments de France si jamais vous habitez dans une zone de protection de patrimoine. De cette manière, vous saurez en avance si vous pouvez construire le carport ou non.

Comment constituer votre demande de permis de construire ?

Vous devez commencer par demander le formulaire Cerfa n° 134006*06 auprès de la mairie ou en le téléchargeant sur le site de celle-ci. Ajouter à cela, vous devriez fournir quelques documents afin de valider votre demande. En premier lieu, il y a le plan de situation du terrain qui permettra au responsable de déterminer l’emplacement exact de votre habitation. Cela vous permettra de mieux connaitre les règles d’urbanisme appliqué à l’endroit. Vous devriez aussi fournir le plan de masse de la construction que vous voulez réaliser. N’oubliez pas d’ajouter les constructions déjà existantes avec leurs dimensions quand vous ferez ce plan. Il vous est aussi recommandé de fournir le plan de coupe de votre terrain, mais aussi celui de la construction tout en vous assurant de mettre une image du terrain avant et après la construction de votre carport. Le dernier plan que vous devriez fournir est celui des façades et des toits de votre future construction. Ajouter à cela, il vous sera demandé de fournir deux photos du terrain. L’une le situera dans son environnement proche tandis que l’autre devra le montrer dans son environnement lointain. Il faudra aussi que vous mettiez en œuvre un document graphique qui permettra d’imaginer le carport dans l’environnement à la fin des travaux. Enfin, vous ne devez pas négliger la notice décrivant votre terrain avec la présentation de votre projet.

Il est primordial que vous déposiez 4 exemplaires de votre dossier auprès de la commune. Vous n’aurez plus qu’à patienter deux ou trois mois pour avoir une réponse. Vous devriez aussi prendre note que le permis qui vous sera accordé sera valable pendant quatre ans. Cela vous laisse assez de temps pour construire un carport performant et répondant pleinement à vos attentes.

Comment créer une chambre dans un studio

Comment créer une chambre dans un studio

Lorsqu’on est obligé de partager une seule pièce pour installer la chambre, le salon, le coin repas, la cuisine, l’aménagement devient un véritable puzzle. On ne peut pas faire l’acquisition de nouveaux meubles, et parfois on est contraint d’installer un mobilier là où il ne doit pas être. La solution est donc d’opter pour des ameublements multifonctions ou des meubles escamotables. Mais dans cette rubrique, nous allons uniquement aborder le sujet qui concerne la création d’une chambre dans un studio. Cela vous permettra d’avoir plus d’intimités et peut être aussi de dormir mieux.

Installer une séparation amovible

La meilleure solution pour créer une chambre dans un studio est d’installer une séparation. Bien entendu, ce sont des cloisons légères qui ne prennent pas beaucoup de surface qu’il faut utiliser. Il existe plusieurs moyens très pratiques pour délimiter la chambre dans un appartement.

Le moyen le plus simple pour avoir plus d’intimités dans le lit est d’installer un paravent ou des rideaux. Ces derniers peuvent laisser passer la lumière ou non selon votre préférence. De plus, leur fixation ne demande pas beaucoup de travail ni de temps.

Vous pouvez aussi opter pour une verrière pour isoler la chambre. Si vous êtes un bon bricoleur, vous avez donc la compétence nécessaire pour en fabriquer. Cependant, pour un meilleur résultat, il est préférable de confier la construction de votre verrière à un spécialiste.

Que pensez-vous des panneaux japonais ? Ce sont d’excellents équipements pour délimiter une pièce. Ils ne sont pas encombrants, design et faciles à mettre en place. Vous pouvez choisir entre des panneaux reliés ou des panneaux indépendants. Les panneaux japonais sont très pratiques.

Un autre système très intéressant : une cloison amovible « brise-vue ». Très original surtout si vous optez pour des matériaux naturels. C’est certain, une telle séparation peut vous garantir une bonne intimité et une décoration en prime.

Vous pouvez aussi vous servir du meuble à TV pour isoler le lit et obtenir ainsi une chambre. Ou si vous disposez d’une bibliothèque, c’est une excellente idée pour séparer une pièce du studio. En parlant d’utiliser un meuble comme séparation, vous pouvez utiliser n’importe lequel.

Le lit lui-même peut devenir un moyen pour avoir plus d’intimités. Pour cela il suffit de choisir un lit avec une tête enveloppante. Ainsi, le reste du meuble sera dissimulé derrière et une pièce est créée.

Bref, il est possible de créer une chambre avec des moyens simples qui ne prennent pas de la place dans un studio. Il vous suffit de vous servir de votre imagination et le tour est joué !

Etapes à respecter pour la pose de lambris

Etapes à respecter pour la pose de lambris

La pose d’un lambris est un travail facile. De ce fait, chacun peut réaliser soi-même la pose de son lambris. Or, pour la performance et la qualité du travail, il est recommandé de respecter quelques étapes indispensables. Dans cet article, nous vous guiderons à installer votre lambris tout en vous citant les étapes à suivre.

Étape 1 : préparer le support

Avant de passer à la pose proprement dit du lambris, il est d’abord conseillé de préparer le support. Cela consiste à couper et à démonter les alimentations des prises et des interrupteurs existants dans la pièce.

Pour ce faire, vous devez en premier lieu ôter le cache des prises et dévisser les vis de fixation, ce travail nécessite l’utilisation d’un tournevis. Après cela, il est recommandé de tirer doucement sur la prise afin d’arracher les fils. Ultérieurement, dévissez les vis qui maintiennent les fis et équipez ces derniers de domino.

En ce qui concerne les interrupteurs, vous n’avez qu’à dévisser les vis de fixation et retirer doucement l’interrupteur du mur. Enfin, il ne vous reste plus qu’à installer au bout des fils des dominos. Les dominos sont indispensables pour la sécurité du chantier.

Étape 2 : mettre en place l’ossature en bois

Dans la deuxième étape de la pose d’un lambris, il est conseillé de mettre en place l’ossature en bois tout en fixant des tasseaux au mur. Mais avant cela, vous devez encore choisir le sens de pose du lambris. Vous devez choisir entre une pose verticale, une pose horizontale et une pose diagonale.

Dans le cas d’une pose verticale, l’ossature doit être posée horizontalement, tandis que dans le cas d’une pose horizontale, l’ossature doit être posée verticalement. Enfin, dans le cas d’une pose diagonale, il est nécessaire d’opter pour une ossature inclinée, perpendiculaire à l’angle de pose du lambris. Sinon, vous devez miser sur une double ossature.

Étape 3 : choisir le type de pose du lambris

Après avoir mis en place l’ossature en bois, il est maintenant temps de passer au choix du type de pose du lambris. Vous pouvez choisir entre deux sens de pose, notamment : la pose de lambris en coupe perdue et en coupe de pierre.

La pose en coupe perdue est la pose la plus simple des deux, par ailleurs, elle est beaucoup plus économique. En revanche, la pose en coupe de pierre est celle qui entraîne plus de découpes et de chutes. Elle consiste à aligner tous les joints des lames de lambris,une rangée sur deux.

Étape 4 : poser les lambris rangés par rangés

Une fois le sens de pose choisie, passez tout de suite à la pose de la première rangée de lambris, puis, posez les rangées suivantes ainsi que la dernière rangée. Le lambris se fixe sur l’ossature par clouage, agrafage ou clipsage.

Après cela, terminez le tout par la réalisation des finitions. Ainsi, vous devez habiller vos murs, installer les plinthes et réinstaller les prises, les interrupteurs et les luminaires.

Porte : Conseils, avantages et prix

Porte : Conseils, avantages et prix

La porte d’entrée de notre maison en est un élément principal, dans la mesure où les différentes entrées et sorties au sein de celle-ci doivent transiter par cet élément. Ensuite, il y a également les portes des nombreuses pièces de notre maison, chacune ayant sa spécificité, et il est important de bien savoir prendre votre décision quant à celle-ci.

Opter pour une porte fonctionnelle

Le rôle premier d’une porte est d’être un élément utilitaire, et en cela, il est crucial qu’il soit un minimum fonctionnel. Pour s’assurer de cela, on doit prendre en compte plusieurs détails comme les dimensions futures de celles-ci. Les normes font état d’une hauteur moyenne de 2,15 m et d’une largeur de 90 cm. Toutefois, tous les cas ne sont pas les mêmes, et il peut être nécessaire pour vous de faire l’adaptation de ces mesures afin de pouvoir permettre une meilleure concordance avec votre situation.

Sachez qu’une porte trop étroite peut causer de la gêne pour entrer et sortir quand on trimbale des éléments lourds ou larges, tandis qu’une porte trop large peut être la cause d’un poids trop lourd de celle-ci, et mener à un détachement prématuré des gonds qui lient la porte à son cadre. Aussi, le sens d’ouverture de votre porte doit également être pensé de manière à ne cause aucune gêne pratique au quotidien.

L’importance de la sécurité

Cette partie de votre domicile est le premier élément qui sépare les personnes du dehors de l’intérieur, aussi, il est essentiel qu’il puisse offrir une résistance assez respectable en ce qui concerne les possibles tentatives d’entrées forcées. Le choix de la serrure est la première chose de grande importance pour ce qui est d’assurer la pérennité d’une porte, et il se trouve des indicateurs et normes qui permettent de dire si une serrure vaut son pesant d’or ou non.

On peut aussi se charger de renforcer la porte elle-même, dans la mesure où les cambrioleurs pourraient décider tout bonnement de passer au travers. Parmi ce que vous pouvez faire, il y a le fait de choisir une épaisseur de bois assez large pour qu’elle ne soit pas trop fragile face aux chocs. Certains vont même juste à blinder leur porte, en ajoutant des plaques de métal qui permettent de rendre inutile toute tentative de la briser.

Ajoutez une touche d’esthétique

En plus d’être un élément pratique et sécuritaire, la porte est aussi un élément visuel, qui joue pour beaucoup dans l’allure générale de votre maison. Ainsi, vous vous devez de la choisir en vous basant également sur son apparence. Outre le design de la porte elle-même, il vous est possible de personnaliser celle-ci en utilisant des éléments comme la peinture.

Vous avez la possibilité de trouver de nombreuses idées pour décorer votre porte d’entrée sur des sites dédiés à ce domaine, ou encore dans les groupes spécialisés qu’on peut trouver sur les réseaux sociaux. L’un des sites les plus intéressants pour ce genre de besoin est Pinterest, qui regroupe un bon nombre d’amateurs de décoration d’intérieur, et il vous sera possible d’y dénicher des idées intéressantes dont vous pourrez vous inspirer pour votre cas.

Comment faire l’isolation phonique d’une porte ?

Comment faire l’isolation phonique d’une porte ?

Une porte qui grince ou qui fait d’autres bruits à chaque ouverture et fermeture n’est jamais bonne pour le confort dans la maison. Cela est aussi valable lorsqu’elle n’arrive pas à diminuer le volume de bruit d’une pièce à une autre. En outre, n’oubliez pas qu’il est parfaitement possible de régler cela en faisant une isolation phonique sur la porte. En voici les détails.

Optez pour un isolant performant et fiable

Dans la plupart des cas, il n’y a pas d’isolant précis pour assurer l’isolation d’une porte. En outre, vous pourriez avoir la certitude que les techniques suivantes vous seront d’une grande utilité. D’abord, vous pourriez opter pour une amélioration des joints périphériques en faisant en sorte qu’ils soient parfaitement étanches. Effectivement, cela évitera la propagation des bruits dans la maison surtout pour le bas de porte. Mais vous pourriez aussi boucher le trou de la serrure et vous réduirez considérablement le bruit qui entrera dans la pièce que vous désirez isoler. En outre, vous pourriez tous simplement alourdir le ventail de la porte du moment que celle-ci pourra supporter le poids. Dans tous les cas, n’oubliez pas que vous ne serez pas obligé de changer la porte pour obtenir une meilleure isolation.

Autres dispositifs que vous pourriez appliquer

Avant même de réaliser l’isolation, n’oubliez pas que le but de cette action est de réduire au maximum le bruit qui pourrait entrer dans chaque pièce de la maison. Sachez alors que le passage de l’air peut en être la principale cause de ce genre de problème. Ainsi, vous n’aurez aucun résultat positif si vous ne faites pas le nécessaire pour rendre votre porte étanche. Pour cela, il vous est conseillé de poser une porte pleine, car elle possède les qualités nécessaires pour éviter le passage de l’air dans une pièce.

D’un autre côté, vous pourriez aussi installer une porte doublée qui possède une paroi dont la capacité fait de votre entrée un isolant phonique d’office. Généralement, ce type de porte est formé par de l’acier et un autre matériau qui lui procure ces avantages. Il vous est aussi possible d’installer deux portes en même temps et dont l’espacement est très petit. Dans certains cas, les deux portes peuvent être séparées par un sas de 1 mètre.

Le choix de matériau

Le matériau que vous utiliserez est aussi très important, car l’isolation phonique de la porte dépendra de cela. Sachez alors que les matériaux les plus performants en thermes d’isolation sonore pour une porte sont l’aluminium et l’acier. À défaut, vous pourriez toujours choisir le PVC dont les performances ne sont pas à plaindre. En outre, le bois n’est pas vraiment recommandé, car il ne dispose pas des qualités nécessaires pour donner une bonne isolation phonique.

Combien peut coûter une porte avec une bonne isolation phonique ?

Comprenez bien que le prix d’une porte avec une isolation phonique dépendra de sa performance. Ainsi, cela peut varier de 400 à 1000 euros selon votre choix. Soulignons que le coût de l’installation de ce type de porte peut aller jusqu’à 100 euros. Toutefois, cela dépendra du professionnel que vous engagerez. Vous pourriez aussi faire l’installation vous-même si cela vous convient.